La presse est-elle libre ?

Article rédigé le 25 mars 2013 pour le feu blogue "12ensemble.com"

Il est triste de devoir regretter, en France, une telle désinformation d’un évènement qui a pourtant eu de nombreux témoins. Avec un mépris total pour les électeurs qui a le tort de ne pas “penser” comme lui, le gouvernement, qui a déjà honteusement interdit les Champs-Élysées, a autorisé un dispositif de répression (de l’aveu même de certains agents de l’ordre sympathiques mais déstabilisés par tant d’ardeur dans la sévérité des consignes de leurs supérieurs, en mal de promotion). En effet, afin de minimiser encore davantage l’impact populaire de la “manif pour tous” (c’est raté), ordre a été donné de parquer et compresser des Français, qui avaient le tort d’exercer leur droit fondamental de manifester leur opinion.

C’est ainsi que dès le début de la manifestation, en haut de l’avenue Foch, beaucoup de personnes tout à fait pacifiques, coincées là car il n’y avait clairement pas assez de place avenue de la Grande Armée, ont demandé aux policiers censés les protéger, plus d’espace pour respirer. Hier, cette demande légitime avait été interdite.

Ce premier mouvement de foule, sans aucune violence, a été immédiatement réprimé par des gaz et autres pétards assourdissants. De nombreuses vidéos le montrent. Sans parler de la première mise à pied d’un CRS qui a gazé un landau ! Pour rien en plus car, in fine, d’autres zones de manifestations ont été autorisées devant l’affluence toujours croissante.

Personne ne peut croire que des agents censés défendre la République et ses valeurs puissent s’en prendre, sans sommation, à des familles. Ces fonctionnaires sont formés à maîtriser leur sang froid. Pourquoi cette attitude incroyable ? Continue reading

No comment

Communiqué de presse de Patrick MATHIEU, Paris, le 7 février 2013

Ces dernières années, le 12e arrondissement de Paris a connu bien des divisions. Beaucoup d’ambitions personnelles se sont succédées d’année en année.

Jusqu’à, parfois, ne pas achever le mandat confié par les électeurs.

Aujourd’hui, les paroles extrêmes des uns leur donnent l’illusion d’avoir un projet politique et les subterfuges des autres les éloignent de plus en plus de la réalité que vivent leurs concitoyens.

J’ai la conviction que rien de cela ne correspond à la réalité de notre arrondissement ni à celle de Paris. J’ai la conviction que rien n’est plus éloigné de l’intérêt général.

C’est pourquoi j’ai décidé, devant les tentations simplistes et les discours creux qui trompent les Parisiens, de présenter ma candidature à la mairie de notre XIIe arrondissement lors des prochaines élections municipales.

Ma conviction, c’est que ce qui doit nous animer, notamment sur le plan local, c’est le rassemblement. C’est le partage des droits et des devoirs. C’est le respect des valeurs humanistes qui contribuent au vivre-ensemble. C’est la participation de tous au développement économique et au bien-être social.

C’est avec cette conviction que je proposerai très prochainement un projet aux habitants du 12e autour de femmes et d’hommes dont la seule volonté et l’unique objectif sont de servir notre arrondissement.

Patrick MATHIEU
Délégué de la 8e circonscription UMP de Paris

Sandrine Mazetier : Le/La député(e) dégenré(e)

Article rédigé le 6 février 2013 pour le feu blogue "12ensemble.com"

ecoleAlors que la 8e circonscription ne se  caractérise toujours pas par une politique en faveur de la famille (au contraire, au-delà du petit nombre de crèches, seuls les très aisés et les très aidés des jeunes actifs peuvent se permettre de rester vivre dans cet arrondissement, faute de pouvoir offrir à leur futur foyer un toit décent), Sandrine Mazetier, votre député, a une exigence fondamentale en ces temps de crise : renommer “l’école maternelle” en “première école“ (voir ici la question écrite posée au ministre de l’Education nationale).

Du même acabit que l’idée de François Hollande, convaincu de combattre le racisme en supprimant le mot race de la Constitution, cette proposition, sous prétexte de contribuer à la lutte pour l’égalité ”homme-femme”, est symptomatique de la croyance d’un grand nombre d’élus du parti socialiste ou du “parti vert”, que seule la régénération d’un monde nouveau, d’un homme nouveau, avec l’emploi de nouveaux termes apportera le bonheur commun.

En effet, la proposition de Madame MAZETIER, consistant à effacer le terme “maternelle”, qui selon elle “laisse entendre que l’univers de la petite enfance serait l’apanage des femmes et véhicule l’idée d’une école dont la fonction serait limitée à une garderie“, outre qu’elle laisse transparaître une singulière conception du rôle de mère, appartient à un courant militant particulier. Ce courant soutient que les institutions publiques, notamment par leurs intitulés, contribuent à la construction sexuée des individus. Pour ces idéologues, qui nient toute altérité, le genre n’est qu’une construction sociale.

Cette question écrite de Madame Mazetier est donc l’occasion de déplorer, sincèrement, qu’autant de représentants de la Nation soient à ce point aveuglés par la théorie du genre ou idéologie « Queer » (dont la grande prêtresse est Judith Butler, avec son livre Ces corps qui comptent), fondée sur le refus de toute différence constitutive de notre humanité et, faut-il le rappeler, sur la réification du corps humain, pour croire à de telles aberrations…

MS

Propreté à Paris : Les nouvelles dispositions laissent à désirer…

Une semaine ordinaire, rue Coriolis

Une semaine ordinaire, rue Coriolis

Les dispositions des modalités de lancement de marché de collecte en porte à porte des déchets ménagers dans le 10 arrondissements gérés par des entreprises privées sont d’autant mal venus qu’elles succèdent à l’augmentation sans précèdent de la taxe de balayage.

La taxe de balayage, vielle de 140 ans, nécessitait d’être moderniser et on aurait pu espérer que la modernisation de cette taxe aurait été sa suppression.

Mais, non la refonte de cette taxe pour la majorité passe par l’homogénéisation des 8 catégories en une seule en choisissant le tarif de la plus élevée. Si bien que 80% des redevables vont subir une augmentation d’une moyenne de 26 €. Il y a même des cas extrêmes comme dans le 12eme arrondissement, une personne âgée a vu sa taxe de balayage augmenter de 287 euros à 408 euros soit plus de 40% d’augmentation. Cet exemple est loin d’être isolé et au final l’augmentation de cette taxe rapporte 30 millions d’euros.

Si seulement cette taxe pouvait être utilisée pour renforcer le dispositif de propreté, mais ce n’est pas le cas et cette délibération en témoigne (délibération 2013 DPE 14)

Ainsi, je ne peux cautionner un service moins performant et plus couteux. Moins performant car il ne faut pas se leurrer : la suppression de la collecte le dimanche aura des conséquences négatives sur la gestion de la propreté.

En ce qui concerne la collecte des déchets de corbeilles de rue, elle nécessite une prestation dite complémentaire afin d’être vidé fréquemment.

Les 10 arrondissements dont la collecte des déchets ménagers est organisée en régie (dont le 12eme arrondissement fait partie) voient cette prestation complémentaire confiée à des entreprises privées.

Notre groupe souhaite attirer votre attention sur la nécessité d’effectuer une évaluation comparée entre la collecte en régie et la collecte par des entreprises privées.

Alors que la CGT nettoiement a dénoncé l’achat récent de bennes neuves à motorisation diesel ainsi que le parc vieillissant de la régie et que la ville de Paris se doit de lutter contre le bruit et la pollution

Le groupe UMP souhaite amender la délibération relative aux modalités de mise à disposition de véhicules de collecte avec chauffeurs et ripeurs. (2013 DPE 18) de la sorte :

-en demandant au maire de Paris de présenter une étude comparée du rapport qualité/prix entre la collecte en régie et la collecte par des entreprises privées.

-que le règlement de la consultation soit modifié afin que le marché de mise à disposition de benne permette une collecte silencieuse et non polluantes grâce à des véhicules hybride et à une motorisation électro-hydraulique pour l’élévation des conteneurs et la compression des déchets.

Valérie Montandon

Homo festivus dans le Tram

Article rédigé le 25 janvier 2013 pour le feu blogue "12ensemble.com"

Comme de nombreux habitants du 12e arrondissement, vous avez certainement apprécié de recevoir un magazine, certainement très couteux, auquel vous êtes abonnés sans le demander et que vous payez avec vos impôts : le magnifique “T3 mag” de janvier 2013, le magazine, imprimé en “Optimisa” sur papier 100 % recyclé, consacré à la ligne 3 du nouveau tramway qui circule dans notre arrondissement.

Dès les premières lignes, vous êtes pris dans l’ambiance : “Le 15 décembre 2012, les riverains, les commerçants et tous ceux qui les ont rejoints ont partagé un grand moment festif pour célébrer ensemble sa mise en service. Percussions, batucada, slam, fanfare, magie, poésie et lutins… la fête a été chaleureuse autour du tramway“.

Incroyable. le T3 mag nous offre un passage tout droit sorti de l’imaginaire de Philippe Muray… Ah non, il y a un édito du maire de Paris. C’est n’est pas une référence mais bien la réalité !

Comparez le style :

Le nouveau rebelle est très facile à identifier : c’est celui qui dit oui. Oui à Delanoël. Oui aux initiatives qui vont dans le bon sens, aux marchés bio, au tramway nommé désert, aux haltes-garderies, au camp du progrès, aux quartiers qui avancent. Oui à tout.

Sauf à la France d’en bas, bien sûr, et aux ploucs qui n’ont pas encore compris que la justice sociale ne débouche plus sur la révolution mais sur un séjour d’une semaine à Barcelone défiant toute concurrence.

Par opposition à son ancêtre le rebelle-de-Mai, ou rebellâtre, on l’appellera rebelle à roulettes. Car la glisse, pour lui, est une idée neuve en Europe. Continue reading

Connaissez vous vraiment Madame Mazetier

Article rédigé le 10 juin 2012 pour le feu blogue "12ensemble.com"

IMG-20120403-00588Il est 23h30. Les résultats officiels viennent enfin d’être proclamés par Mme Blumenthal, maire du 12e arrondissement. Comme annoncé, la participation n’a pas été proportionnelle au nombre de candidats. Seuls 61 % des inscrits sur les listes de la huitième circonscription ont participé au suffrage du 10 juin.

Sans surprise également, c’est bien Charles BEIGBEDER qui affrontera Sandrine MAZETIER, député sortant. Il a obtenu environ 26,37 % dans le 12e arrondissement. Les scores divers droites/droites représentent un peu moins de 40 points. Il existe donc une réserve de voix : celle des nombreux électeurs qui se sont abstenus.

Il est pourtant nécessaire de se mobiliser pour un vote pragmatique. Un vote qui refuse le matraquage fiscal des classes moyennes qui diminuerait le pouvoir d’achat, nuirait à la compétitivité et surtout à l’emploi. Un vote qui refuse un projet de société fondé sur le nivellement général au nom de l’Egalité (M. Peillon s’est déjà prononcé, le 2 juin dernier, devant la principale association de parents d’élève, la Peep, sur la suppression des notes “qui sont perçues comme une sanction” – c’est vrai qu’on a beaucoup souffert de cette méthode élitiste d’instruction, pourtant employée depuis l’Antiquité !). Décidément, l’égalitarisme effréné prôné par la Gauche est une insulte permanente au bon sens.

Que propose Mme Mazetier ?

Mme MAZETIER s’est bien gardée de faire campagne. Son seul message audible : “voter pour moi, c’est donner une majorité à François Hollande“. Autant dire qu’elle est transparente. Comme François Hollande, Mme MAZETIER s’est contentée de “faire de la communication“, forte de son diplôme de marketing publicitaire obtenu à Neuilly-sur-Seine (au CELSA), et de son passage chez Compagnie Corporate BDDP, de 90 à 94 (pour information, le groupe BDDP fut le publicitaire de la campagne de François Hollande, qui à voir le film suivant ne reposait sur rien d’autre qu’un slogan : visionner-ici). Madame MAZETIER est ensuite passée, comme consultant sénior, chez Policité, l’agence de communication, dite engagée, qui était celle du PS et de la MNEF en 1999 (lire ici, article de l’Express du 27/07/1999). Elle a ensuite poursuivi sa carrière, en 2000, chez Stratéus (agence de communication de Total, Unilever, Nespresso).

Au regard de ce parcours professionnel dont l’objet principal fut la manipulation des masses, on comprend mieux la gêne du Front de Gauche pour la soutenir. Politiquement, comme vous le savez, Madame MAZETIER était des proches de Dominique Strauss-Kahn (lire ici, par exemple) et elle a été nommée, en 2001, adjoint au patrimoine du nouveau maire de Paris avant d’être élue député en 2007. Depuis, quel bilan ? Un poste de secrétaire nationale à l’immigration. Son unique combat : le vote des étrangers aux élections, pour pouvoir agrandir sa clientèle électorale.

Quoi de neuf à Bercy (2) : le tunnel Proudhon

Article rédigé pour les nouvelles du 12 de décembre 2011

prou2Le tunnel Proudhon, passage obligé sous les voies ferrées des gares de Lyon et Bercy reliant le quartier de Bercy à Daumesnil et Dugommier, a été déclaré priorité de l’année 2010 par les conseillers de quartier. La saleté, l’obscurité et le bruit assourdissant qui y règnent rendent sa restauration nécessaire. Conscient de la difficulté d’un tel projet, le conseil a d’abord demandé un nettoyage voire un modeste aménagement de façade (peinture notamment).

La mairie semble avoir pris au sérieux ces revendications en nous conviant à une « marche exploratoire » en compagnie des services techniques. Bilan : un nettoyage très superficiel.

Un an plus tard, en octobre dernier, alors que le pont est à nouveau aussi sale, la mairie ressort une vieille proposition du placard : l’appel aux élèves de l’école Boulle pour y travailler. On peut, pour une fois, se réjouir de ce choix ambitieux, car il s’agit d’une école d’excellence. Les conseillers ont pu rencontrer les élèves, très motivés et créatifs, axés sur la sublimation du patrimoine ferroviaire. Un véritable défi quand on pense que ce travail constitue un des quatre projets de leur année scolaire.

Mais pour avoir personnellement questionné l’adjoint en charge de l’urbanisme, Mme Barrati-Elbaz, il nous a semblé que l’inscription au budget (2012 ou 2013) de cette rénovation n’avait rien de sûr. Redeviendra-t-il une nouvelle proposition de campagne, après 12 ans d’inaction ?

A la Bastille ! Vite, c’est jusqu’au 17 février

Article publié en janvier 2011 sur le feu blogue "12ensemble"
La Bastille vue du Faubourg Saint-Antoine

La Bastille vue du Faubourg Saint-Antoine

Place incontournable de notre arrondissement, la Bastille évoque, selon le roman national écrit au XIXe siècle, la prison « du despotisme tyrannique, où sont enfermés de pauvres innocents que le peuple de Paris, spontanément, libère du joug royal ». Bien sûr, la prise de la Bastille demeure un symbole essentiel de notre Histoire. Mais, le recul aidant, nous pouvons appréhender l’histoire de ce lieu autrement, sans anachronisme.

Savez-vous, en effet, que la fermeture cette prison d’Etat était programmée par Louis XVI, tout comme la fin des lettres de cachet ?

Si vous voulez en savoir plus et sortir des lieux communs sur ce lieu disparu, devenu mythique, rendez-vous à la bibliothèque de l’Arsenal (bibliothèque de la ville de Paris) pour découvrir « La Bastille ou l’enfer des vivants ».

C’est en entrée libre du mardi au dimanche, de 12h à 19h. Nous vous la recommandons vivement. Vous pourrez y découvrir des objets (comme une maquette sculptée, en 1790, dans une pierre de la forteresse), des tableaux, dessins et plans de nos quartiers, des documents écrits exceptionnels comme ceux sortis des archives de la Bastille, ou relatifs à des procès célèbres (réplique du « Collier de la Reine », vêtements de Damiens, régicide manqué de Louis XV ou encore la supplique de Latude écrite sur du linge avec son propre sang !). Cette exposition comporte aussi des interviews vidéos exclusives de spécialistes, traitant des prisonniers les plus célèbres (Fouquet, La Voisin, Latude, Voltaire, Sade) mais aussi celles de Me Robert Badinter qui, avec l’engouement qu’on lui connaît, nous conte le système pénal d’Ancien régime et vous passionnera certainement. Continue reading

Bon voyage, Vincent

Article publié sur le blogue "12ensemble" le 15 janvier 2014

adieu_cher_vincentC’est avec beaucoup de tristesse et d’émotion que nous avons appris le décès, survenu le 14 janvier 2011, de Vincent CASA, conseiller de Paris et conseiller de notre arrondissement, depuis 1995, ancien adjoint au maire du 12e arrondissement en charge de la voirie, sécurité, propreté et commerce (entre 1995 et 2001).

Sans cesse disponible, sans cesse à l’écoute des autres, il s’est donné sans compter pour le 12e qu’il habitait depuis toujours. Nous garderons le souvenir de son extrême présence dans la vie démocratique de notre arrondissement, animé par un esprit constructif la volonté de faire partager son expérience. Nous nous souviendrons aussi de sa gentillesse, de sa convivialité et même de ses coups de sang contre les nombreux dysfonctionnements et injustices.

12ensemble exprime nos condoléances émues à sa famille et à ses proches.

Histoire du Vandalisme, la suite

Extrait de l'ex blogue 12nsemble.com du 27 juillet 2010
Destruction des tribunes art déco du Stade Jean Bouin

Destruction des tribunes art déco du Stade Jean Bouin

Les amoureux de l’histoire de Paris connaissent forcément ce livre. Non, il ne s’agit pas de “Métronome” de Lorant Deutch, excellent pour s’initier à la découverte des lieux disparus de Paris.

Il s’agit de l’ouvrage de Louis Réau : Histoire du vandalisme – Les monuments détruits de l’art français (édition augmentée par Michel Fleury et Guy-Michel Leproux, collection Bouquin, Michel Laffont, Paris, 1994). Ce dernier y explique avec talent comment des fleurons du patrimoine architectural français ont été détruits au fil des siècles.

Or, si une nouvelle édition devait être réalisée, un chapitre sur l’ère Delanoë serait nécessaire : voir l’article de Delanoepolis sur la destruction de la tribune Art déco de “Jean Bouin”, qui aurait très bien pu être intégrée dans un nouveau projet.

MS