Une prairie et une rivière devant le château de Vincennes

Vue du Donjon de Vincennes – 29/09/2017

L’esplanade Saint-Louis se situe entre le château de Vincennes et le bois de Vincennes.

Elle a fait l’objet de deux délibérations lors du conseil d’arrondissement du 12 mars 2018 qui a été l’occasion de m’exprimer sur, d’une part, le manque de prise en considération de l’aspect patrimonial du château de Vincennes et, d’autre part de la manière dont la mairie de Paris cherche à répondre de manière fallacieuse à ses objectifs de création d’espace vert dans Paris (3).

Mais pour bien comprendre mes propos et la carence d’information des conseillers d’arrondissement, voici un extrait des délibérations en cause, sur le réaménagement de l’esplanade Saint Louis (1) et l’Aménagement d’une rivière et d’un cheminement au niveau de l’avenue des Minimes (2).

La réponse de l’exécutif est aussi ajoutée (4).

1. Le réaménagement de l’esplanade Saint Louis où la réalisation d’une prairie devant le château de Vincennes

La délibération 2018 DEVE 11 présente ainsi l’aménagement discuté :

 » Le projet consiste à réduire l’emprise de la voirie circulée au nord de l’esplanade en un barreau au dessin souple, à végétaliser la partie centrale de l’esplanade par une prairie, et à structurer l’espace par deux allées rayonnantes en stabilisé. Une piste cyclable est également créée au nord de l’esplanade, accompagnant le cheminement est-ouest. La superficie globale de l’aménagement s’élève à 34 300 m² environ, et s’inscrit dans l’objectif de la mandature d’ouvrir aux Parisiens 30 hectares d’espaces verts supplémentaires. »

A ce jargon très technique, qui ne présente ni chiffre, ni précision concrète, le plan suivant été annexé :

Plan du projet d’aménagement de l’Esplanade Saint-Louis présenté au conseil d’arrondissement du 12 mars 2018

Vous en conviendrez que c’est un peu léger pour prendre une décision éclairée, comme cela sera reconnue par l’exécutif, par la bouche de l’adjointe compétente, Madame Evelyne Honoré, qui a fait preuve d’une honnêteté saluée.

2. Requalification de l’avenue de Minimes, et au milieu coule une rivière

La délibération 2018 DEVE 10 portant  aménagement d’une rivière et d’un cheminement au niveau de l’avenue des Minimes comporte l’extrait suivant :

« L’avenue des Minimes est située au nord du bois de Vincennes entre le Château de Vincennes, le Parc Floral, le Fort de Vincennes et le lac des Minimes. Elle est interdite à la circulation automobile suite à la tempête de 1999 et n’a jamais été rouverte depuis, mais son aspect visuel reste celui d’une chaussée routière. Sur les plans haussmanniens, un ruisseau venant du lac des Minimes passait au sud du Fort de Vincennes vers l’esplanade St Louis. Il a été sectionné et une partie supprimée lors de la création du Parc Floral.

Le réaménagement de l’avenue des Minimes consiste à recréer la rivière depuis le lac des Minimes qui lui donne naissance sur un linéaire d’environ 1 350 mètres en l’accompagnant dans sa partie ouest d’un cheminement piéton végétalisé. Une partie du tracé se fait à travers bois. La surface globale de l’aménagement s’élève à 12 600 m².

Le projet, constitué de la renaissance de la rivière accompagnée d’un cheminement piéton et végétalisé, permet ainsi de reconstituer la trame d’eau sur un tracé historique, de requalifier une ancienne voie circulée, de faciliter les circulations cyclables, de créer de nouveaux espaces végétalisés et de favoriser la biodiversité de milieu humide. Ce projet s’inscrit donc pleinement dans l’action 16 du Plan Biodiversité de Paris 2018-2024 « Renforcer le réseau de la nature sur le territoire parisien » en développant les trames bleues et vertes parisiennes.

Il permet également de désimperméabiliser la surface de l’ancienne voie circulée, participant ainsi aux objectifs du plan pluie.« 

Là encore un plan été joint :

3. Mais où est la mise en valeur patrimoniale

Voici un extrait de mon intervention, qui a été faite alors que des sociologues avaient mis en avant par d’autres conseillers d’arrondissement, lors de prises de parole antérieures :

Sépulture de G. Le Notre dans le cimetière de Picpus – 5/07/2009

« (…) Après Pierre BOURDIEU et Paul CRUTZEN, je vous propose de citer un grand historien vulgarisateur de la petite histoire qui repose dans notre arrondissement. Il s’agit de G. LENOTRE.

Pour ceux qui ne le connaissent pas, il a inspiré DECAUX, SAINT-BRIS, Stéphane BERN, Franck FERRAND, Jean LEBRUN, et il repose dans le cimetière de Picpus.

Cet auteur a réalisé une petite biographie du Général DAUMESNIL, et la commence ainsi : « L’immense majorité des Parisiens ne se doute certainement pas qu’à moins d’une lieue de sa ville est l’une des merveilles de France. » Puis, il liste nombre de merveilles de France, et il continue : « Si Vincennes se trouvait à 300 lieues, » car c’est bien du château de Vincennes dont il s’agit, «ses aspects seraient exposés dans toutes les gares sous forme d’affiches illustrées. Mais à deux kilomètres de la barrière, à un endroit où l’on ne va que pour quelques sous », en Vélib’ aujourd’hui, « il y a bien peu d’endroits pour le lancer ». Malheureusement, je pense que votre délibération est la preuve que rien ne change de ce qui était écrit avantguerre, puisque votre projet ne s’inscrit pas du tout dans l’ambition de mettre en valeur notre patrimoine.

Par ailleurs, je regrette qu’il ne porte pas de concertation avec la commune de Vincennes. [le maire d’arrondissement dit que si]. Vous allez m’éclairer sur ce point, mais je ne suis pas au courant, et en tout cas la délibération ne le dit pas. Cela dit, nous partageons l’idée que cette esplanade de béton, particulièrement laide, mérite d’être remaniée. Encore faut-il que le remaniement soit assez clair, mais malheureusement, à part quatre paragraphes, en gros vous souhaitez réaliser une prairie. Nous allons voter pour car il s’agit d’un progrès, mais nous regrettons que vous n’ayez pas été plus loin.

[propos non retranscris d’un autre conseiller]

Surtout, au sujet du plan des Minimes, nous sommes tout à fait favorables à l’idée de réhabiliter une rivière qui existait auparavant, mais j’ai tout de même une question : combien cela coute-t-il ? Aucun coût n’est annoncé pour ces deux opérations.

De la même façon, je vais anticiper votre communication, puisque le plan biodiversité parle de 30 hectares de jardins créés. Effectivement, cette zone en prévoit 34. N’est-ce pas encore une fois pour réaliser facilement des espaces verts, alors qu’ils pourraient être réalisés dans des zones beaucoup plus urbaines qu’à l’orée du bois de Vincennes ? Je vous remercie. »

4. Réponse de Madame HONORE, adjointe au maire du 12e arrondissement

« Avec plaisir, car ces travaux sont tellement beaux et romantiques qu’on n’arrêterait pas d’en parler. Vous ne pouvez pas imaginer, et je le comprends, vous avez très peu d’informations dans la délibération. Pour des raisons que je n’ai pas très bien comprises, il manque un certain nombre d’informations, et nous allons remédier à cela en rédigeant de très beaux articles dans le prochain journal municipal sur ces deux chantiers, qui sont complémentaires.

Sur votre premier étonnement, puisque vous demandiez pourquoi verdir le bois de Vincennes, qui est déjà vert, non : l’avenue des Minimes n’est pas verte. Elle a été bitumée. Elle va effectivement devenir une très belle promenade en grave calcaire. Surtout, elle longera une rivière sur 1,3 km. Ce sera donc très beau, et ce n’était absolument pas vert.

Nous pouvons aussi parler de l’esplanade : elle a été effectivement conçue au départ comme une zone de circulation, donc elle n’a jamais été vraiment verte, mais elle va le devenir.

Les deux projets sont complémentaires, mais l’un passe avant l’autre : la réalisation de la rivière. Sur ses derniers 600 mètres, celle-ci va passer sous l’esplanade, donc un calendrier extrêmement ajusté sera nécessaire. Nous revenons à un projet historique : cette esplanade a la forme d’une coquille Saint-Jacques renversée, et la rivière va passer dessous. Il s’agit d’un très beau projet.

Nous allons remédier au problème de plan concernant l’avenue des Minimes. Pour des raisons qui m’échappent un peu, nous ne pouvions pas apporter ces informations avant aujourd’hui. J’ai découvert deux très beaux projets. Le coût, pour la rivière, est extrêmement intéressant : il est de 1 330 000 euros. Cette réalisation va permettre des économies d’eau considérables, car l’eau du lac des Minimes, qui partait au tout-à-l’égout, ira simplement se déverser dans le square Carnot. Nous allons donc économiser 250 m³ par an d’eau naturelle non potable. Nous en dirons plus sur le journal.

Sur l’esplanade, je vous propose de vous montrer le plan, M. SEINGIER, à la sortie de la séance. La partie devant le château de Vincennes sera beaucoup plus minérale et nous pouvons espérer que certaines manifestations, qui n’ont peut-être pas leur place du fait de l’aspect enherbé de cette esplanade, pourront peut-être à l’avenir se dérouler sur
l’espace minéral qui se trouve devant le château : par exemple, des expositions de voitures de collection pourront peut-être s’y dérouler. Le coût est de 2 425 000 euros.

Le démarrage des travaux pour la jolie rivière est prévu en décembre 2018, avec une livraison en septembre 2019.

Le démarrage des travaux pour l’esplanade se situe aussi au niveau de 2019, pour une livraison en septembre 2019. J’espère avoir répondu. »

Mme Catherine BARATTI-ELBAZ, Maire du 12e arrondissement, Conseillère de Paris :

« Merci beaucoup. Les plans définitifs ne sont pas encore actés, car nous devons obtenir les autorisations administratives. Nous sommes notamment en site classé devant le château, et le projet doit passer encore en commission des sites.« 

(1 commentaire)

    • Habertus on 17 avril 2018 at 19 h 53 min
    • Répondre

    cette municipalité a l’art de la concertation a posteriori !
    j’aime bien, cependant, Madame Honoré, dont je sais l’honnêteté.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.