Une plaque commémorant Pierre Henry

Portrait de Pierre Henry par C215 dans le passage Henel

Le conseil d’arrondissement a voté à l’unanimité le principe d’apposer une plaque commémorative en hommage à Pierre Henry, père de la musique électroacoustique, au 32, rue de Toul, où il résidait et où il avait constitué un studio personnel, qui s’apparentait à un véritable laboratoire de recherches musicales.

J’ai donc profité de ce voeu pour interroger la mairie sur la pérennité de l’attribution du local, à côté du Viaduc des Arts, afin de préserver du patrimoine culturel hérité du compositeur.

Jean-Luc Roméro m’a répondu que le prêt de ce local demeurait provisoire le temps d’achever la mémorisation de toute son œuvre, dirigé par son épouse, Isabelle, et, concernant la préservation du matériel, la Ville de Paris était en réflexion.

Pour bien comprendre de quoi je parle, voici une visite en vidéo de son appartement studio de la rue de Toul.

Le travail de Pierre Henry, qui peut paraître perché pour certain, a notamment pu inspirer Jean-Michel Jarre ou Daft Punk et rien que pour cela, il mérite un hommage.

Son Psyché Rock, de son œuvre la plus célèbre, « Messe pour le temps présent », ballet mis en scène par Maurice Béjart, incarne une époque.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.