Cahiers de doléances : la tentative de récupération de la Maire de Paris.

Alors que j’avais personnellement interrogé madame le maire du 12e arrondissement sur ce qu’elle envisageait de faire des cahiers de doléance lors du conseil d’arrondissement, elle avait répondu qu’elle se contenterait de les transmettre au préfet.

Or la Maire de Paris a demandé aux directeurs généraux des services des arrondissements de transmettre à la mairie centrale une copie des cahiers de doléances  mis à la disposition des Parisiens dans les mairies d’arrondissement.

Cette méthode, sans informer les maires d’arrondissement, est pour le moins choquante et conduit à s’interroger sur ses finalités.

Les maires d’arrondissement LR et Indépendants ont prévu de transmettre les doléances et propositions consignées par les Parisiens au Préfet François Ravier,référent local pour le Grand Débat National, conformément aux modalités définies par le Gouvernement.

La maire du 12e va-t-elle revenir sur sa parole publique ?

Je vous souhaite une excellente année 2019

Voici mon édito extrait de "Notre 12e" n°84 de janvier 2019, le journal de la mairie.
Matthieu Seingier

2018 s’est achevée sur une crise politique majeure. Au-delà des désordres qui ont porté atteinte à notre capitale, les politiques se doivent de tirer les enseignements d’une vague d’indignation profonde, issue de notre vieille nation. Comme souvent dans notre histoire, lorsque les élites s’éloignent du peuple, les revendications portent sur le consentement à l’impôt et la démocratie directe. Madame Hidalgo ne semble pas en avoir pris la mesure.

Sur les prélèvements obligatoires, son budget 2019 comporte encore des hausses (ex : +125 % de taxe de séjour +400 % le stationnement, +33 % de droits de voirie – risquant de toucher le prix du café en terrasse) et pas d’économie sérieuse du train de vie de l’hôtel de ville alors que la dette parisienne atteint les 6 Mds d’euros !

Sur l’écoute, Madame Hidalgo répond « démocratie participative ». Ce pléonasme est un simulacre au regard de ladite participation. Pire, son objectif initial est détourné : nombre de choix « citoyens » visent à combler des carences municipales (ex : restauration d’infrastructures publiques). En matière d’urbanisme, la « concertation » tant vantée par la Ville s’apparentent à un « droit à commenter » les visions de l’exécutif, déjà planifiées par l’administration de la mairie centrale. Résultat : une densification anachronique toujours plus forte de notre arrondissement (cité Debergue, place Mazas, Bercy-Charenton, Charenton-Meunier).

Notre solution ? Développer de vraies consultations, en amont des décisions que les élus locaux envisagent de prendre. Démocratie représentative et démocratie directe peuvent coexister. Enfin, Les Républicains de Paris ont réorganisé leurs instances internes qui sont désormais bien mieux représentatives de la société civile. 2019 sera pour nous une année à votre écoute afin de finaliser notre projet alternatif crédible à la gestion délétère actuelle.

Matthieu Seingier,
Président du groupe Les Républicains du 12e arrondissement

elusrepublicains12@gmail.comP

Non à l’apologie d’une Communarde

Intervention devant le conseil du 12e arrondissement du 3 décembre 2018 concernant une délibération de dénomination d’un « Jardin Martha DESRUMAUX » attribuée au jardin de la Caserne de Reuilly.

place de Lachambeaudie

Quand j’admire ce bâtiment qui nous accueille, il m’arrive de remercier les communards. Comme vous le savez, la création de la première mairie de l’arrondissement de Reuilly était celle de la commune de Bercy. Elle se situait place de la Nativité, aujourd’hui place de Lachambeaudie.

Seulement, elle a été réduite en cendres par ceux qui furent appelés les pétroleurs car ces personnes peu écologiques utilisaient des litres de pétrole pour mieux détruire le patrimoine parisien. Aujourd’hui, on parlerait de casseurs. C’est pourquoi, un nouvel emplacement fut choisi et que l’architecte HENARD a pu réaliser ce magnifique édifice.

Continue reading

Je suis candidat au poste de délégué LR du 12e arrondissement

En tandem avec Corinne Tapiero, cette élection a l’appui de tous les élus LR du 12e arrondissement : Valérie Montandon, Isabelle Tavaux et Franck Margain (ici lors du Conseil d’arrondissement du 25 mai 2018)

Les Républicains procède au renouvellement de leur instance interne : conseil national, présidence de fédération, comité d’arrondissement et au niveau local, le délégué de circonscription (à Paris, par cohérence avec son territoire, c’est un délégué d’arrondissement).
Voici ma profession de foi adressée à tous les adhérents à jour de cotisation.

Chers amis,

Les 13 et 14 octobre prochain, vous aurez le pouvoir de choisir votre délégué d’arrondissement. Celui-ci aura la charge d’animer la vie militante et d’être le relai des adhérents auprès des instances dirigeantes de la fédération de Paris. Une fois élu, il doit veiller à l’union et à la libre expression de chaque adhérent.

Comme j’ai déjà eu l’occasion de l’annoncer à nombre d’entre vous, je suis candidat au poste de délégué Les Républicains (LR) du 12e arrondissement.

Cette candidature a un objectif principal : mettre toute mon énergie pour que notre parti porte haut ses valeurs et soit organisé, sans délai, pour les européennes et les municipales de 2020 pour faire gagner le 12ème arrondissement sans lequel Paris ne peut revenir à droite.

En effet, je ne peux me résoudre à voir notre Capitale sombrer et tomber aux mains de faux-nez qui auront changé d’étiquette. Il n’est plus acceptable que Paris soit instrumentalisé par une Gauche politique pseudo égalitariste-progressiste, qui dans les faits ne cesse de diviser les Parisiens entre différentes catégories et abouti à trop d’autoritarisme et de sectarisme.

Âgé de 36 ans, avocat de profession, j’ai acquis une certaine expérience de la vie politique. Je suis adhérent LR depuis sa création tout comme je le fus à celle de l’UMP. Vous savez aussi que j’ai aussi participé aux campagnes électorales locales du 12e arrondissement (pour plus de précision sur mon parcours, je vous renvoie à mon blogue : http://www.matthieuseingier.fr/bienvenue).

Continue reading

Valérie Montandon à propos de Bercy-Charenton

Voici l’intervention de Valérie Montandon au conseil de Paris du 2 juillet 2018 sur Bercy-Charenton :

Bercy-Charenton : examen de la ZAC

Représentation de l’aménagement de la ZAC Bercy-Charenton issue de l’exposé des motif de la délibération 2018 DU 71

Le projet de Bercy-Charenton arrive à son épilogue politique. Le conseil d’arrondissement est appelé ce 18 juin 2018 a donner son avis sur différentes délibérations dont celle instaurant la ZAC éponyme et modifiant le plan local d’urabnisme (PLU) afin d’autoriser l’érection de tours de maximum 180 mètres.
Avant de reproduire mon intervention, il importe de préciser que le temps de parole est limité et que nous avons donc dû répartir notre temps de parole entre élus d’opposition.
Cet article comporte ci-après les prises de parole plus politiques de mes collègues Franck Margain et Corinne Tapiero et s’achève par la mienne. Notre chef de file, Valérie Montandon a défendu, quant-à-elle, notre position devant le conseil de Paris (voir ici).
Continue reading

Bercy-Charenton, l’appel de la ZAC, ce 18 juin 2018

Les tours Aillaud de Nanterre, construite dans les années 70 à côté de la défense, leur entretien est déjà très problématique

Appelé le « chaînon manquant » en mai 2008, ce projet de nouveau quartier était encore un projet très ambitieux. Son objectif était de relier Paris à Charenton, de manière souple, tout en recouvrant une parties des voies ferrées pour désenclaver Bercy, en plus de l’emprise ferroviaire de 80 hectares disponible (Voir notre dossier sur Bercy-Charenton).

Ce maintient de l’horizontalité, qui caractérise l’architecture de la capitale, était dans l’esprit de notre programme de 2014.

Désormais, l’équipe d’Anne Hidalgo propose une tours des 9.000.

9000, c’est le nombre d’habitants envisagés dans ce nouveau quartier, dont 80 % de locataires aidés (57 % de logements sociaux, 23 % logements intermédiaires et seulement 20 % de logements en accession à la propriété).

Les tours, dont la plus grande est envisagée à 180 mètre de haut, doivent marquer l’entrée de la ville, nous dit-on. Une forme de barrière verticale, qui s’ajoute au périphérique, qui n’est pas pris en compte dans le projet.

210.000 m² de bureaux et 12.000 m² de programme hôtelier (forcément, si le logement privé ne permet pas de financer l’opération immobilière, c’est les activités tertiaires qui devront les compenser, avec les prix toujours aussi disproportionnés imaginés).

Un collège, un groupe scolaire, 3 crèches, un espace de tri des déchets, une bibliothèque et plusieurs équipements sportifs sont aussi programmés.

Voilà un très bref aperçu du projet de zone d’aménagement concerté (ZAC), dont le périmètre est présenté ci-dessous, qui sera examiné lundi 18 juin prochain, lors du conseil d’arrondissement.

La séance est publique. Elle a lieu dans la grand salle de la mairie du 12e à 19h.

Nous réservons nos positions pour le Conseil d’arrondissement.

Projet de périmètre et liste d’équipements publiques (extrait du dossier soumis au vote)

Braconnage dans le bois de Vincennes

A la fête des pêcheurs du Bois de Vincennes, lac Daumesnil, le 3 juin 2018

Grâce au combat victorieux concernant la défense de la bétonisation du lac Daumesnil afin d’y couler une piscine, je me suis lié de sympathie avec de nombreux amoureux du bois de Vincennes.

J’ai ainsi été invité à la fête de la pêche organisée, le 3 juin dernier, par « l’amicale des pêcheurs du bois de Vincennes« . A cette occasion, il m’a été fait remonter un problème inquiétant. Les lacs du bois de Vincennes font l’objet de braconnage.

Le lac Daumesnil, notamment, est l’objet d’enlèvement de carpes qui font l’objet d’un véritable trafic. Une carpe vivante peut monter jusqu’à 20.000 euros sur le marché noire ! Elles servent en effet de prix pour de très gros concours de pêche voire pour remplir les bassins de belles demeures, particulièrement outre-Manche. Ce sujet est connu des services de police. Un article du Parisien évoque le même phénomène dans l’Oise, qui concerne a fortiori toute l’Ile-de-France (Lire : Des carpes volées et revendues à prix d’or dans l’Oise et en Ile-de-France).

Mais un autre problème est davantage local. La pêche massive des truites du lac de Gravelle.

Afin de sensibiliser mes collègues sur cette question qui rend en colère, à juste titre la communauté des pêcheurs, j’ai saisi le conseil d’arrondissement de la conseil d’arrondissement de la question suivante :

Continue reading

Place Mazas, stop à la densification

La place Mazas, petite place de quartier, plutôt verte, coincé entre la Seine, le port de l’Arsenal et des voies de circulation.

Que cet espace un peu délaissé mérite un réaménagement, il n’y a pas de débat. Le projet envisagé est d’ailleurs intéressant sur bien des points, notamment en organisant cette continuité avec le bassin de l’Arsenal, en y exploitant des espaces utilisés par des services et mettant en valeur la maison de l’éclusier.

Il s’appelle l’Atelier de l’Arsenal (voir article du Parisien du 19 juillet 2017).

Mais de là à faire bâtir un nouvel immeuble, face à la Seine, par un promoteur privée, devant d’autres immeubles il y a de quoi s’étonner de cette sur densification.

C’est d’ailleurs ce qu’ont majoritairement critiqué les participants à la réunion publique du 17 mai 2018 présentant l’Atelier de l’Arsenal, où j’étais présent avec mon collègue Franck Margain.

Dès le conseil d’arrondissement suivant, Franck Margain, en notre nom, a déposé un vœu que je vous laisse découvrir :

Continue reading

Les élus LR au travail dans le 12e

Car il constitue un arrondissement de reconquête indiscutable, le 12e arrondissement accueille le 2nd séminaire de travail des élus Les Républicains et indépendants de 2018.

80 élus parisiens LR et Indépendants se retrouvent, ce 18 mai, pour une journée de travail et d’échanges, sur l’action et l’engagement des conseillers d’arrondissement.

Florence Berthout, la présidente du groupe LR et Indépendants a sollicité des élus d’arrondissement, représentatifs de la diversité territoriale de la capitale sous la coordination de Geoffroy Boulard, maire du XVIIème, dont votre serviteur, de mettre en œuvre cette rencontre qui rassemblera également les Parlementaires et les Conseillers de Paris.

C’est donc un plaisir de recevoir cette dynamique collective de reconquête de la capitale dans le 12e de Paris, a fortiori dans l’est de Paris pour travailler à une alternative crédible à la politique désastreuse d’Anne Hidalgo et sa majorité et innovante pour répondre au plus près aux attentes des Parisiennes et des Parisiens.

Ce colloque nous permettra de renforcer encore davantage notre implication locale sur les grandes problématiques de l’action municipale, afin de dégager une stratégie collective à mettre en œuvre de manière complémentaire, tant dans les conseils d’arrondissement qu’au Conseil de Paris.

En partageant expériences et réflexions, ce séminaire est avant tout destiné à apporter des solutions concrètes aux élus confrontés quotidiennement au mécontentement grandissant des habitants.

Dans cet esprit, plusieurs experts issus de la société civile interviendront sur les sujets économiques, environnementaux, de mobilité et d’aménagement urbain pour apporter leur analyse quant à la politique municipale actuelle.

Forts de leur constat et du bilan accablant de la Maire de Paris « Plus chère la vie, plus dure la vie » élaboré par le groupe à mi-mandat, ils permettront aussi d’explorer des premières préconisations en liaison avec les travaux et propositions des élus parisiens.

Les élus LR participants au séminaire du 18 mai 2018